EENI École d'Affaires / Business School

AGOA Loi croissance opportunités (États-Unis)


Partager la page par Twitter

Programme de l’unité d’enseignement (UE)

La Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (AGOA) Sénégal, Cameroun, Burkina

  1. L’introduction à la Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (AGOA)
  2. Les modifications d’AGOA
  3. L’AGOA V : l’extension des préférences de tissus de pays tiers
  4. L’AGOA V : les critères d’admissibilité des pays
  5. L’éligibilité des produits
  6. Les règles d’origine générales de l’AGOA (RoO)
  7. Les règles d’origine et groupements préférentiels concernant les textiles et les vêtements
  8. Les accords commerciaux entre les États-Unis et les pays africains
    1. Le traité bilatéral d’investissement
    2. Les accords-cadres du commerce et d’investissement (TIFA)
    3. L’accord États-Unis - UEMOA
    4. L’accord COMESA - États-Unis
    5. L’accord avec la Communauté est-africaine
  9. Le Centre Ouest africain pour le commerce de l’USAID
  10. L’introduction à l’accès au marché américain dans le cadre de l’AGOA
  11. Le commerce international États-Unis - Afrique subsaharienne
    1. L’évolution historique du commerce entre les États-Unis et l’Afrique sous l’AGOA
    2. Les principaux produits africains d’exportation (textile, fabrication de vêtements, café, noix de cajou)
    3. Les exportations par secteurs et produits
    4. Le commerce de vêtements sous l’AGOA
    5. Les quotas commerciaux
  12. Les projets spécialisés
    1. Les fournisseurs africains subsahariens vers les États-Unis
    2. L’investissement direct des États-Unis en Afrique. Étude de cas
    3. L’Initiative de la compétitivité mondiale africaine (AGCI)
  13. Les centres du commerce international en Afrique
    1. Le hub commercial de l’Afrique de l’Est et centrale
    2. Le pôle mondial de compétitivité en Afrique du Sud
  14. Étude de cas :
    1. Les exportations d’artisanat du Ghana
    2. Les exportateurs sénégalais
    3. Les producteurs africains à la foire Super Floral Show à Atlanta

Les objectifs de l’UE « La Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (AGOA) » sont :

  1. Comprendre les objectifs de la Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (AGOA)
  2. Évaluer les critères d’admissibilité des pays et d’éligibilité des produits
  3. Comprendre les règles d’origine générales et pour les textiles de l’AGOA
  4. Analyser l’accès au marché américain pour les produits africains dans le cadre de l’AGOA
  5. Connaitre les accords commerciaux entre les pays africains et les États-Unis (COMESA, UEMOA, EAC...)
  6. Analyser le commerce international entre les pays africains et les États-Unis

Étudiant africaine (cours, master, doctorat) en affaires internationales

L’UE « La Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (AGOA) » fait partie des programmes FOAD proposés par l’EENI Global Business School :

Master en affaires en Afrique.

Masters professionnels en commerce international et affaires

Doctorat en affaires africains, commerce mondial.

Doctorat professionnel en affaires internationales (DIB)

Cours : relations internationales africaines.

Relations internationales africaines

Partenariats stratégiques EENI-Universités - Paterson Ngatchou
Partenariats stratégiques EENI-Universités

Langues : Masters affaires internationales, français (Afrique) ou Doctorats masters cours, affaires et commerce international en anglais African Growth and Opportunity Act (AGOA) Doctorats masters cours en portugais. Affaires et commerce international Lei de Crescimento e Oportunidades para a África (AGOA) Étudier en espagnol master commerce international et affaires Ley de Crecimiento y Oportunidad en África (AGOA).

  1. Crédits de l’UE « AGOA (Afrique - États-Unis » : 1 ECTS
  2. Durée : une semaine

Nous croyons en l’Afrique / Enseignement supérieur à des prix abordables pour les africains

Exemple : l’Afrique et les États-Unis (AGOA)
Règles d’origine - AGOA Loi sur la croissance économique en Afrique (États-Unis)

La Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (AGOA), promulguée en mai 2000 par les États-Unis, est une initiative qu’il faut saluer à sa juste valeur, en ce qu’elle offre à quarante pays d’Afrique subsaharienne l’opportunité d’exporter vers les États-Unis, sans droits douaniers ni contingents, une gamme variée de produits d’exportation.

Accès préférentiel / Accords commerciaux

La Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (AGOA) marque la volonté des États-Unis d’œuvrer à la croissance des pays de l’Afrique, côtoient sur le terrain, un certain nombre d’initiatives endogènes ou mixtes, nationales ou régionales, qu’il lui faut prendre en compte pour être opérationnelle et ainsi atteindre leurs objectifs.

Les pays éligibles AGOA V (Loi sur la croissance et les opportunités en Afrique) :

L’Afrique du Sud, l’Angola, le Bénin, le Botswana, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, le Cap-Vert, le Tchad, les Comores, la Côte d’Ivoire, la République du Congo, la RD Congo, Djibouti, l’Éthiopie, le Gabon, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Kenya, le Lesotho, le Libéria, Madagascar, le Malawi, le Mali, l’Île Maurice, la Mauritanie, le Mozambique, la Namibie, le Niger, le Nigeria, le Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, le Sénégal, les Seychelles, la Sierra Leone, le Soudan du Sud, l’Eswatini, la Tanzanie, le Togo, l’Ouganda, la Zambie.

Les pays non éligibles pour l’AGOA sont le Zimbabwe et le Soudan, mais le Soudan du Sud a depuis obtenu le statut de bénéficiaire.

Pour le premier trimestre de 2014, les échanges commerciaux totaux des États-Unis (exportations plus importations) avec l’Afrique subsaharienne (ASS) ont totalisé 11,9 milliards de dollars, soit une baisse de 27 pour cent par rapport à la même période en 2013.

Les traités bilatéuax d’investissement des États-Unis : le Rwanda, le Mozambique, la République du Congo, la RD Congo et le Cameroun.

Les accords-cadres du commerce et d’investissement (TIFA) : l’Angola, le Ghana, le Libéria, l’Île Maurice, le Mozambique, le Nigeria, le Rwanda et l’Afrique du Sud, le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA), la Communauté est-africaine et de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

Diverses modifications des termes et des conditions de la législation AGOA originaux ont été adoptées par le Congrès des États-Unis depuis sa création. Celles-ci ont inclus diverses modifications techniques ainsi que des extensions à la portée et la durée de validité de la loi et en particulier les dispositions de l’habillement :

  1. L’AGOA V - Extension des préférences de tissus de pays tiers à l’horizon de 2015
  2. L’AGOA IV - titre VI de la Loi sur le dégrèvement d’impôt et les soins de santé 2006
  3. L’AGOA III - Loi d’accélération de l’AGOA 2004
  4. L’AGOA II - Modifications à la législation AGOA

Ces initiatives sont nombreuses, mais l’une des plus importantes est l’Agence de développement de l’Union Africaine. Il convient donc d’attirer l’attention des promoteurs et des acteurs de la Loi sur la croissance et les opportunités en Afrique sur ce vaste programme qui, sur bien des aspects, prend en charge les préoccupations de croissance économique, de promotion du secteur privé, de bonne gouvernance politique, économique et des entreprises et de la participation de la société civile formulée par la Loi sur la croissance et les opportunités en Afrique.

Le commerce international parmi les États-Unis et l’Afrique subsaharienne a augmenté 115 % depuis la promulgation, en 2000, de la Loi sur la croissance et les opportunités économiques en Afrique, selon un rapport remis au Congrès des États-Unis.

Le rapport général sur la politique commerciale et des investissements directs étrangers des États-Unis en Afrique subsaharienne et sur la mise en œuvre de la Loi sur la croissance et les opportunités économiques décrit une large gamme de programmes mis en place pour les États-Unis pour aider aux pays de l’Afrique à stimuler leur croissance et leur développement économique.

Il offre un survol des relations de commerce international et financières des États-Unis avec les pays d’Afrique subsaharienne, décrit les divers programmes mis en œuvre à l’appui des objectifs de la Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique et résume l’évolution des pays d’Afrique subsaharienne engendrée par les critères à respecter pour profiter de la Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique.

AGOA appartient à la civilisation africaine et à la civilisation occidentale espace économique nord-américain.

AGOA- Critères d’admissibilité des pays
AGOA- Critères d´admissibilité des pays

Portail affaires africains de l’EENI.



(c) EENI Global Business School 1995-2024
Nous n’utilisons pas de cookies
Remonter en haut de la page

La connaissance conduit à l'unité comme l'ignorance mène à la diversité